cadets à XV

Cadets à XII et Teulières : deux équipes pour une seule et même catégorie

Le 20 novembre

1er au classement pour les Teulières A et 4ème pour les cadets territoriaux à XII, avec deux équipes et plus de 40 joueurs, les cadets de l’USAL sont cette année sur une nouvelle dynamique. Une dynamique de travail et de gagne.

Le passage de l’école de rugby aux équipes jeunes est un moment important dans le parcours sportif d’un joueur. Des tournois de rugby ponctuels à la compétition les week-ends, l’investissement est tout autre. Arriver premier, se qualifier, ces objectifs animent les entraînements et le discours des coachs. «Pour marquer la fracture entre l’école de rugby et les cadets, je n’ai pas décoché un sourire avant un mois, explique sur le ton de l’humour Richard Wild, entraîneur de la section. Quand on aime le rugby, obligatoirement on aime son esprit. Le rugby c’est à la fois beaucoup de travail et beaucoup de souffrance. ». Ce discours porte ces fruits puisque depuis le début de l’année l’équipe à XV ne cesse de gagner. Au dernier match, les cadets ont d’ailleurs remporté le bonus offensif face à Malemort (45-0). Quant à l’équipe à XII, elle progresse à grand pas. Malgré les trois matchs perdus sur les cinq disputés, la motivation est présente au sein de l’équipe. Les jeunes se donnent à fond aux entrainements où ils travaillent à la fois sur le jeu et la vitesse.

La création d’une équipe à XII

Pour arriver à ces résultats, ça n’a pas été de tout repos pour Richard Wild et ses acolytes. Quand l’ancien joueur du groupe séniors a repris le coaching de cette catégorie, l’effectif était très complexe. Il y avait à la fois trop de joueurs pour une seule équipe et pas assez pour une deuxième. « J’ai très vite pensé qu’il fallait deux équipes, confie-t- il. Pour un grand club comme l’USAL, je considère que les ententes ne vont pas avec le projet sportif du club. Nous devons garder nos jeunes au plus près du club. » En cherchant sur le site de la FFR, le coach a très vite trouver son bonheur : une équipe à XII. Parfait pour les débutants, le niveau est un peu plus faible qu’à XV et le jeu à XII facilite l’apprentissage des règles. Faire jouer tout le monde et tous les week-end, voila l’objectif premier de Richard Wild. Grâce au temps de jeu, les joueurs progressent. « Je suis d’ailleurs très étonné de voir la vitesse à laquelle ils apprennent, explique Richard Wild. Ils s’appliquent à venir à tous les entrainements. Et même lorsqu’il fait froid, qu’il pleut et qu’il n’y a pas match le week-end, ils sont quand même une trentaine».

Pour le soutenir dans sa tâche, il s’est entouré de tout un staff d’entraineurs. Le gallois Stuart Russel, Demba Diouf, l’ancien joueur du groupe séniors Yoan Becker et Pierre Carpentier se relaient aux entrainements pour entourer et coacher au mieux. Avec l’engouement autour du projet de jeu, de l’encadrement et des résultats, les joueurs ramènent à l’entrainement leurs camarades de classe. L’effectif ne cesse de grandir et consolide les deux équipes. Attirer des jeunes joueurs et les entourer aux mieux sont la clé de voute de l’association du rugby club de l’USAL.

PARTAGER CET ARTICLE