jonathan leite

Interview : Jonathan Leite

Le 21 décembre

Tempes légèrement grisonnantes et déjà plusieurs années de rugby derrière lui, Jonathan LEITE sait comment mener son pack d’avants à la baguette. Et ce n’est pas son petit gabarit qui l’en empêche. Rencontre avec un demi-de-mêlée qui a la dent dure et un tempérament de guerrier.

 

Comment tu arrives à t’imposer face à des joueurs qui font le double de ton poids ?jo'leite

Il faut parler très très fort ! C’est le poste qui veut ça. Au début, je ne gérais pas assez les gros gabarits, c’était mon faible. Mais avec l’expérience, j’ai réussi à gagner en confiance. Maintenant je leur hurle dessus naturellement ! Dans le rugby, c’est la logique : les petits crient sur les grands costauds qui écoutent. Bon, j’avoue, avec le temps, je me lâche de plus en plus... et je trouve ça même plutôt marrant ! Je n’ai pas de phrase fétiche mais, selon les joueurs, j’adapte mon discours. C’est important de connaître ses équipes. En résumé, quand t’es le 9e avant, il faut que tu sois tout le temps avec eux, que tu te fasses entendre jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus de toi !

Une petite déception ?

Je suis censé être le meilleur mar- queur de cette saison devant Many (Vakaloa, ndlr). Mais malheureuse- ment, ça ne compte pas. Je marque à chaque fois dans les matchs amicaux mais pas en championnat. À un « m’ment donné », va falloir que la roue tourne.

Les résultats de l’équipe de France font polémiques, tu en penses quoi toi ?
Les joueurs de l’équipe de France font beaucoup de matchs en Top 14... bien plus que dans la plupart des autres championnats nationaux. Donc forcément, les autres ont plus de temps pour se préparer ensemble. Pour moi nos cham- pionnats ont trop de joueurs étrangers et ne laissent pas  la chance aux jeunes Français d’exploser. Les clubs recrutent partout... sauf en France !
Le Top 14 a trop de matchs et la Fédérale 1 pas assez. Je pense qu’on devrait créer une Pro D3, car rien que dans notre poule, il y a beaucoup de disparités entre les équipes pros, semi-pros et amateurs. Une Pro D3 nous permettrait de former de jeunes joueurs français et d’atteindre un meilleur niveau..

PARTAGER CET ARTICLE